Activisme

img_6272

Le féminisme. Un mot essentiel et pourtant si clivant. Lorsque je grandissais, je ne me suis jamais pensé comme un féministe; je ne savais ni réellement ce que ce mot signifiait, ni ce qu’il comprenait, et encore moins au combien puissant il était. Même alors que je commençais cette aventure saine, je reconnaissais qu’il avait une certaine importance dans ma vie mais n’arrivais jamais à l’isoler. Et puis soudain cela m’a frappé. Après avoir suivi le lancement et l’évolution de HeForShe, un mouvement de solidarité créé par UNWomen, dont l’ambassadrice, Emma Watson, a toujours été une énorme inspiration pour moi, j’ai commencé à voir le tout se dessiner. Je réalisa que quelque chose n’allait pas dans notre société. Laissez-moi vous expliquer.

Tout d’abord, l’égalité des genres. Non seulement celle-ci n’est pas du tout atteinte, parfois même encore moins dans les pays du nord, dont les cultures et traditions ont pourtant été mélangées et sont considérées moins « rigides » (mais ce n’est souvent pas la priorités de nos politiciens et élites). Ce qui m’inquiète le plus est qu’il me semble que placer l’homme au-dessus de la femme est quelque part devenu une sorte de norme; que ce soit des actions ou commentaires sexistes, ils sont écrits dans la pierre et nous n’y réfléchissons en définitive même plus…c’est juste « habituel ». Ensuite, les stéréotypes de genre. Soyons clairs, si vous me connaissez ou avez prêté attention à mes photographies et textes, vous avez peut-être vu ou compris que je n’incarne de loin pas l’homme stéréotypé. De plus, pour quelqu’un dont l’identité a été un des sujets auxquels il a eu le plus de peine à faire face, j’ai le sentiment qu’il est de mon droit et presque de mon devoir de parler. Les hommes devraient se sentir tout autant concerné par le féminisme que les femmes. Pourquoi ? Parce que les stéréotypes de genre les empêchent généralement de s’ouvrir, de ressentir et de s’exprimer; ces normes les confinent dans des moules dans lesquels ils ne sont pas nés et dans lesquels ils apprennent généralement à vivre…

Activisme est un bien grand mot, je le reconnais. Mais c’est un moyen pour moi de vous montrer que je suis prêt à apporter ma petite pierre à cet édifice. Cela explique aussi le fait que j’utilise souvent les formes féminines au lieu des formes masculines lorsque j’écris. J’adorerai faire encore plus, être capable de me faire entendre encore plus loin et essayer d’apporter un encore plus gros changement dans le monde dans lequel on vit, notre société, aussi petit/grand que soit le changement. Je prévois de me spécialiser dans ce sujet, et peut-être serais-je un jour capable de faire quelque chose de ce désir si puissant. Pour l’instant, vous ne devriez pas attendre des articles féministes de ma part, et rien d’autres en réalité. Je continuerai d’oeuvrer dans le noir, essayant d’inspirer indirectement et de provoquer le changement chez les gens qui sont prêt à y prêter attention. Alors que je pense parfois que mes projets et rêves sont impossibles, que ce que je fais est inutile, je me rappelle de ces deux citations, mes favorites. « Incarne le changement que tu désires voir dans le monde ». « Si ce n’est pas moi, qui ? Si ce n’est maintenant, quand ? ».

PS: Je suis également très attaché à la cause de l’environnement, ainsi qu’à celle des animaux en voie de disparition et le fait que c’est en fait nous, êtres humains, qui détruisons notre si belle planète. Je crois toutefois que manger sain, local, ainsi que d’essayer de réduire notre empreinte carbone en évitant les déchets inutiles, sont déjà des moyens puissants et de grands pas vers une planète plus verte et plus heureuse. C’est aussi pourquoi j’essaie de vous inspirer et de vous en faire rendre compte, sans aucune force ni jugement, et en essayant de créer cette communauté de personnes à qui cela fait du sens, qui se sentent concernées, qui sont prêtes à apporter le changement! Hurray peeps! ❤