Le Yoga et Moi…

img_9776

Poser les Pieds sur Mon Premier Tapis…

Well well. J’imagine que l’on a tous, à un certain moment, des difficultés à trouver ce qui nous définit, colle à notre personnalité, notre disposition intérieure, notre réalité. Afin que vous compreniez le sens complet de mon voyage au sein du monde yogi, je devrais débuter avec mes tous premiers pas sur un tapis. Mon premier cours. J’avais environ 18 ans, un jeune homme pleins d’échec lorsqu’on en venait au sport – puisque je n’aimais pas du tout cela et avais très certainement fait un millier d’essais de sport différents (qui ont en réalité mené à mon profond désintérêt…). Mais je me devais d’être actif, de faire quelque chose d’autres que de manger et de prendre du poids, que de me sentir mal dans ma peau et que d’écouter mes parents me fatiguer avec leur remarque sur mon inactivité. Je savais que ma mère avait fait du yoga auparavant, et elle me conseilla de faire un cours d’essai. Elle me dit aussi que ce serait assez cher et que je ne pourrais pas pratiquer autant que je voulais si c’était eux qui payaient. Très bien. La semaine d’après, un vendredi soir, je me rendis à Yoga Moves Nyon, un studio que je trouva sur internet…dont les cours de « Warm Yoga » ont tout de suite aiguisé mon intérêt. L’esprit ouvert et l’estomac vide, je me rendis donc à mon premier cours de yoga. De lourde gouttes tombaient alors, l’hiver nous enveloppait de sa froide étreinte, mais là-bas, dans cette salle chauffée, je me sentais en sécurité, comme apaisé. J’était toutefois toujours perdu, sans aucun repère au milieu de cette salle, comme si j’avais été laissé au milieu de nul part. Mais ce nul part n’était ni effrayant, ni dangereux.

Je vous passerai le cours, la transpiration, les plaintes, et viendrai directement à l’intéressant. Le « Final Savasana ». Pour ceux qui ne connaissent pas, ceci est la pause finale, couché sur le dos, avec des bras et des jambes grandes ouvertes, essayant de lâcher prise. Et là, alors encore un frais débutant, je réfléchissais à ma classe. Ce que j’y avais accomplis, mes problèmes, mais aussi ce à quoi je ressemblais durant les postures (pas grand chose…), pourquoi est-ce que je transpirais autant, etc. Au milieu de ces questions bien superficielles, je commençais en réalité à comprendre ma corps, le sentir, ses possibilités et ses faiblesses; je pouvais sentir que ce que je lui avais fait était bien, que les effets psychiques de ce cours étaient déjà présents. Et cette atmosphère, accueillante, chaleureuse et sans-jugements, a été quelque chose que j’ai plus qu’adoré. Il m’a été possible de me dépenser sans pour autant avoir de but, sans auto-critique, sans compétition – et même si je faisais quand même tout ceci au début, je savais déjà qu’avec la pratique, cela disparaitrait!

Un Monde Nouveau mais pas encore Essentiel

Pendant environ une année et demi, je ne pouvais que joindre deux classes par moi…peu, j’en suis conscient, mais toujours quelque chose. Et je pouvais sentir mon corps s’assouplir, se renforcer; je pouvais voir mes orteils en Standing Bow, pouvais mettre mes mains à plat sur le sol en Forward Fold, choses que je pensais impossibles. Lorsque je partis pour l’Inde, puis pour Vancouver, j’ai dû quitter le studio pendant près de cinq mois. Mais cela ne changea rien. Mon corps aimait le yoga, mais n’en avait pas besoin. Mes muscles et ligaments n’appelaient pas encore à l’aide, autant qu’ils le feraient dans le futur. Je pouvais sentir la différence mais n’en était tout de même pas dérangé. Et je pense que cela s’expliquait par deux choses. Tout d’abord, le fait de ne pas être régulier avait en réalité un effet sur mon corps et ses besoins de yoga. Ensuite, mes troubles du comportements alimentaires…

lrm_export_20161217_171342

Anorexia, the Worst/Best Chapter of My Life…

Je pouvais à peine bouger. J’étais coincé. Mes mains et mon esprit guidés par une culpabilité éternelle, un puissant sentiment de contrôle mais de dégoût, d’extasie mais de désespoir. Alors que je descendais le long de cette route fine, maigre, presque anorexique, je pensais être celui qui conduisait, la personne responsable, le maître de mes émotions, passions et désirs. Mais ce n’était pas le cas. Mon esprit torturé, pensant contrôler mes démons, alors que c’était eux qui me contrôlait. Quand tout allait mal, je n’avais pas assez d’argent pour rejoindre plus de classes. Et je voyageais beaucoup. De ce fait, je préférais ne pas manger et marcher/courir autant que possible afin que ma perte de poids soit plus efficace. Je n’avais aucune idée de la signification de  la santé, la nutrition ou même l’harmonie. Ce que me demandais mes tripes étaient des os, des jambes maigres, une sorte de disparition de soi, d’effacement. Et le sport sonnait en fait faux car si j’étais trop actif, je pensais que j’allais prendre du muscle, du poids. Je devais donc même limiter la course.

Mais lorsque je revins, et réalisa que je ne pourrais aller plus loin sans y risquer ma vie (vous pouvez lire mon histoire ici si cela vous intéresse :)), je recommença le yoga. Je travaillais alors à de nombreux endroits, tout en étant en voie de guérison, et n’avait pas encore de travail relié à l’université. De ce fait, il m’a été possible d’aller à une classe par semaine. Mais également d’éviter le chantage de mes parents, puisque je payais tout de ma poche. Les habits, les cours, l’équipement, etc. Non seulement cela est devenu mon projet personnel, mon oeuvre d’art, mais c’est cela qui m’a sauvé la vie.

À travers une pratique plus régulière, j’ai été capable de développer une profonde connaissance de mon corps, d’oublier ces pensées compulsives reliées à la nourriture, les laissant venir et repartir dans mon esprit. La concentration et la connaissance que j’avais commencé à développer depuis longtemps alors étaient devenus puissants, tout simplement agrandis. En bref, si cela n’avait pas été grâce à ma pratique, je pense que je n’aurais été capable de guérir de l’anorexie aussi rapidement.

img_9853

A Life-Changing Teacher Training

Deux ans et demi après que l’aventure ait débuté, ma professeur de yoga, Heidi, est venue vers moi avec une des plus délicieuse et impossible idée: un Warm Yoga Teacher Training, donné au studio. Elle réussit à me convaincre, mais je devais encore me convaincre, ainsi que mes parents et mon porte-monnaie. Si j’avais écouté mes parents, je ne l’aurais jamais fait; tout autant que mon porte-monnaie en réalité. Mais puisque je n’avais rien d’autre de prévu en août 2016, j’ai pensé que cela serait une belle expérience. De ce fait, j’avais énormément d’attentes de ce nouveau projet qui m’attendait. Mais après le premier jour, je me rendis compte que je ne devrais en réalité  pas en avoir, plus jamais, tout sujet confondu.

En bref, cela a juste été une expérience transformatrice. Non seulement j’ai eu l’opportunité de créer des amitiés de vie, mais j’ai appris à écouter mon corps, à vivre chaque jour comme le dernier, à posséder son corps tout autant que sa voix, à m’imposer comme individu, à avoir du courage, à ne jamais abandonner sur ce et ceux que l’on aime et encore bien plus…Ma pratique s’est envolée en un rien de temps, comme je ne l’aurais jamais imaginé, tout autant que ma confiance en soi. Je suis devenu un être nouveau, avec une voix nouvelle, de nouveaux projets, un nouveau look, une nouvelle brillance, de nouvelles expériences. Je vous l’avais bien dit…une transformation!

Ma Vie Après le Training…

Ma vie aussi avait changé, de façon inattendue. J’ai appris à apprécier la compagnie de nouvelles personnes, comme si j’avais de multiples vies, celle du professeur/étudiant de yoga, au studio, et celle d’être humain habituel, l’université, mes nouveaux intérêts, mon univers digital. Ma philosophie sur la vie, sur ses vagues positives et négatives, a changé également – je ne prendrai dorénavant plus les choses comme acquises, n’attendrai plus des actes et réactions de moi-même ni des autres, ne prendrai plus les choses personnellement (en tout cas j’essayerai haha!). Ma perspective sur une vie bien vécue changea, j’avais des plans mais plus de standards, écoutant chaque jour et ayant confiance en ce qui m’attendais. Enfin, cela me donna aussi de nouvelles ailes, ailes que je pouvais utiliser afin de voler au-dessus de ce monde sain, de créer mon petit chemin à moi, ailes qui me donnerai une nouvelle brillance, une nouvelle raison de guider et inspirer les gens autour de moi, leur montrer que l’harmonie, la santé et le bonheur sont là, mais que l’on doit viser plus haut pour les attraper. Dans une perspective moins philosophique, je suis maintenant un professeur de yoga heureux, donnant plusieurs classes à travers la semaine, dans l’espoir que cours après cours, je puisse inspirer mes étudiants de n’importe quelle façon, parlant de et partageant ce qui m’a permis d’être heureux. Si vous désirez connaître le style de yoga que j’enseigne, ou encore les endroits où j’enseigne ainsi que mes prix et événements, je vous laisse cliquer sur les liens. Much love…Namaste!

img_9991